Cangel Best Lovers

Nostalgique ou passionné de la relation Cordy/Angel? Ou de la série qui l'a vu naître? Venez vite nous rejoindre, ce forum est fait pour vous.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Torey Hayden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
a.a.k
Jensen Girl
Jensen Girl


Féminin
Nombre de messages : 31378
Age : 28
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 02/12/2006

MessageSujet: Torey Hayden   Ven 29 Aoû 2008, 00:49

Torey Hayden est l'un de mes auteurs préférés. J'ai presque tous ses livres, et j'espère bien trouver ceux que je n'ai pas encore. Elle livre des témoignages vraiment prenant et intense.

Un peu d'informations sur elle:


Renseignements personnels

Née : le 21 mai 1951 à Livingston, Montana, aux Etats-Unis

Formation : Billings Senior High School, à Billings, Montana ; Licence de Lettres au Whitman College, à Walla Walla, Washington (Biologie/Chimie); Maîtrise de sciences à l’Université du Montana/Billings, à Billings, Montana (enseignement spécialisé) ; études en PH.D (non achevées), université du Minnesota, à Minneapolis, Minnesota (psychologie éducative / enseignement spécialisé).

Situation personnelle : divorcée ; une fille, Sheena.

Expérience professionnelle en enseignement / psychologie : auxiliaire en thérapie enfantine (enfants perturbés) ; enseignante spécialisée (enfants perturbés, en difficulté scolaire) ; institutrice (en unité psychiatrique) ; assistante à l’université (enseignement spécialisé) ; assistante diplômée (enseignement spécialisé) ; coordinatrice de recherche (unité psychiatrique de l’université) ; pédopsychiatre ; consultante pour le traitement des enfants victimes de sévices.


Livres publiés :

L’Enfant qui ne pleurait pas, 1980 (Document)
Les Enfants des autres, 1980 (Document)
Kévin le révolté, 1983 (Document)
La Forêt de tournesols, 1984 (Roman)
Une Enfant comme les autres, 1988 (Document)
L'Enfant qui ne parlait pas, 1991 (Document)
La Fille du tigre, 1995 (Document)
L'Enfant au chat, 1999 (Roman)
L'Enfant blessée, 2002 (Document)
The Very Worst Thing, 2003 (Roman)
Les Enfants du crépuscule, 2005 (Document)


Activités bénévoles au Royaume-Uni:

Ex présidente de la North Wales Childline (conseil bénévole pour les enfants victimes de sévices, Royaume-Uni) ; conseillère pour le traitement des enfants victimes de sévices, consultante pour enfants victimes de la pauvreté et de sévices ; consultante pour enfants brutaux ; participation à des fouilles archéologiques, responsable d’un site archéologique.

Eleveur de moutons de la race Black Welsh Mountain.

Activités et centres d’intérêt
Opéra, théâtre classique, musique classique, histoire ancienne, archéologie, agriculture, cosmologie et sciences physiques.

_________________




Citation :
Now, these kids are not destined. In fact, loving each other was a byproduct of their destinies in the sense of their destinies brought them together, but them loving each other actually pushed against their destinies. Their destiny is the mission. Their love distracts from that. The mission wins out. This is their great tragedy. ~ anythingbutgrey, about Cangel

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://world-is-a-fiction.forumactif.org/
a.a.k
Jensen Girl
Jensen Girl


Féminin
Nombre de messages : 31378
Age : 28
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 02/12/2006

MessageSujet: Re: Torey Hayden   Ven 29 Aoû 2008, 01:02



L'ENFANT QUI NE PLEURAIT PAS

Sheila a rejoint la classe de Torey Hayden pour « enfants spéciaux » à l’âge de 6 ans, après avoir attaché à un arbre, puis gravement brûlé, un enfant de 3 ans.

L’ENFANT QUI NE PLEURAIT PAS est l’histoire de Torey Hayden et de sa tentative de dévoiler les capacités incroyables de cet enfant torturé.

Certaines parties de cet ouvrage – les sévices sexuels sauvages – vous feront enrager. D’autres – Sheila décrivant calmement sa colère, ses peurs et ses doutes – vous feront pleurer. D’autres encore – la prise de conscience progressive de son propre potentiel – vous feront applaudir.

Quelle que soit votre réaction, je pense que vous serez d’accord pour dire qu’il y a longtemps que vous n’avez pas lu un livre émotionnellement aussi fort que L’ENFANT QUI NE PLEURAIT PAS.


New York Time Book Review





LES ENFANTS DES AUTRES

Prenez quatre enfants d’âges et d’origines différents ayant divers problèmes. Mettez-les dans une même classe avec un professeur qui finit par s’attacher profondément à chacun d’eux.

C’est à peu près ce qu’il s’est passé lorsque Torey Hayden, éducatrice spécialisée, s’est occupée de « la classe qui s’est formée toute seule ». Boo fut le premier, un autiste profond de sept ans. Puis vint Lori, sept ans également, victime de lésions cérébrales dues à des maltraitances physiques. Tomaso arriva ensuite, un petit garçon de dix ans qui s’était beaucoup occupé des autres, ce qui lui avait causé tant de mal qu’il était déterminé à faire du mal aux autres et faire en sorte qu’on le haïsse. Finalement, il y eut Claudia, la tête de classe, une brillante élève de première, âgée de douze ans seulement, qui avait dû quitter son école privée catholique lorsque l’on a découvert qu’elle était enceinte.


C’est un livre pour tous ceux qui s’intéressent à ce qui se passe dans la tête et le cœur des enfants. – Mary Kenny





KEVIN LE REVOLTE

Il s’appelait Kevin mais pour ses surveillants il était « Zoo Boy ». Il ne parlait pas. Il se cachait sous les tables et formait un rempart avec des chaises. Il n’était pas sorti dehors depuis son arrivée quatre ans auparavant. Il avait peur de l’eau et refusait de prendre des douches. Il ne supportait pas d’être nu, de changer ses vêtements. Il avait presque 16 ans.

Désespérés, les membres de l’équipe du centre pour adolescents en charge de Kevin firent appel à Torey Hayden. Alors que Torey lui faisait la lecture et l’encourageait à lire, recroquevillée avec lui dans sa cage de chaises, Kevin s’est mis à parler. Puis il s’est mis à dessiner, à peindre et a montré qu’il avait l’esprit vif mais qu’il nourrissait également une haine contenue et meurtrière à l’égard de son beau-père.

L’écriture de Torey Hayden est très agréable. Bien que Kevin ait dû être effrayant, il l’est rarement envers elle et ce n’est pas un livre terrifiant. C’est un réconfort dont nous avons tous besoin. Dans un monde qui court à sa perte, l’amour est toujours une valeur sûre. On peut guérir les autres si on les écoute.


Christina Robb





LA FORET DE TOURNESOLS

Voici un véritable trésor : un roman pour adultes qui parle avec la voix sincère d’une adolescente de dix-sept ans, tout en fouillant plus profondément dans son psyché.

La mère hongroise de Lesley, Mara – une femme charmante, jeune d’esprit et adorable –, a été traumatisée par son expérience de l’holocauste durant l’adolescence. Alors que son mari américain et ses filles tentent de mener une vie normale dans le Kansas, Mara leur fait subir ses sauts d’humeur et ses comportements étranges. Lesley fait tout pour tenter de comprendre, mais s’occuper de Mara est une terrible contrainte qui l’isole des autres.
Lorsque la psychose de Mara est à l’origine d’une tragédie, Lesley part en pays de Galles à la recherche de ce bonheur oublié, véritable forêt de tournesols.


Cathi Edgerton

_________________




Citation :
Now, these kids are not destined. In fact, loving each other was a byproduct of their destinies in the sense of their destinies brought them together, but them loving each other actually pushed against their destinies. Their destiny is the mission. Their love distracts from that. The mission wins out. This is their great tragedy. ~ anythingbutgrey, about Cangel

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://world-is-a-fiction.forumactif.org/
a.a.k
Jensen Girl
Jensen Girl


Féminin
Nombre de messages : 31378
Age : 28
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 02/12/2006

MessageSujet: Re: Torey Hayden   Ven 29 Aoû 2008, 01:10



UNE ENFANT COMME LES AUTRES

Le livre de Torey Hayden « Une Enfant comme les autres » n’est vraiment pas un livre comme les autres. Bien que chaque page du livre se penche sur les mystères du désordre émotionnel, du sexe, de l’alcoolisme, de la violence et du crime sous toutes ses formes, le lecteur sort convaincu que le monde peut être aimant, bienveillant, réconfortant et ordonné. Les maladies attribuées aux six enfants dans cette histoire – le mutisme électif, la schizophrénie, l’autisme, le retard mental – ne sont pas vraiment évocateurs de la répugnance que peuvent inspirer ces enfants qui ne parlent pas, vident leurs intestins sans prévenir, mugissent et se masturbent sur les pieds d’une chaise. Pourtant, le lecteur s’intéresse très vite de savoir comment et quand ils vont évoluer.

Et, comme si les six petits enfants ne suffisaient pas, une mère déséquilibrée entre en scène. C’est Ladbrooke – la mère de Leslie, la petite autiste – très élégante, séduisante, d’une beauté éclatante, mais également alcoolique, immorale et incroyablement hostile.

Le cœur de cette histoire, c’est la naissance d’une amitié entre Ladbrooke et Torey, qui nous rappelle que l’amour peut revêtir de nombreuses formes. Ladbrooke veut être « une enfant comme les autres » dans la classe. Le titre évocateur souligne la morale de ce livre : la vie est nettement plus enrichissante lorsque les autres y prennent part et s’y impliquent. Et ces mémoires d’une enseignante remarquable convainquent sans peine le lecteur que l’un des métiers les plus difficiles en matière d’éducation, un travail considéré il y a peu comme vain, peut apporter de réelles satisfactions.


New York Times Book Review





L'ENFANT QUI NE PARLAIT PAS

Enseignante fraîchement débarquée dans une petite ville de l’Ouest, Torey rencontre Jadie, huit ans, une petite fille si marquée par la vie qu’elle se prend pour un fantôme.

Une relation fragile et délicatement équilibrée se forme entre elles, mais plus Torey lève le voile sur le passé mystérieux de la fillette, plus l’histoire de Jadie devient terrifiante. Tout ce qu’elle révèle à Torey – révélations obscures ou atrocement limpides – se mêle pour former un véritable jeu de piste teinté de peur et de fantaisie. Plus Torey avance, plus la vie de Jadie en dehors de l’école devient un labyrinthe tortueux.

La fascination de l’enfant pour les symboles étranges et la perversion sexuelle semble mener Torey vers une conclusion qu’elle n’ose reconnaître. Est-il possible que Jadie soit la victime de mauvais traitements rituels ? Ou d’atroces abus sexuels ? Ou tout simplement de l’imagination torturée d’une enfant sérieusement perturbée ?

Avec son inimitable de talent de conteuse doublé d’une profonde compassion, Torey Hayden nous montre une fois de plus le pouvoir de l’amour et l’incroyable capacité de l’esprit humain. Raconté avec honnêteté et humanité, L’ENFANT QUI NE PARLAIT PAS traite des difficultés rencontrées lorsque l’on suspecte un enfant d’être victime de mauvais traitements, tout en offrant une histoire d’horreur psychologique absolument saisissante.




LA FILLE DU TIGRE

Le retour de Torey Hayden avec la suite profondément émouvante de son premier livre L’ENFANT QUI NE PLEURAIT PAS.

Lorsque Torey rencontra Sheila pour la première fois, celle-ci refusait de parler, et ne communiquait qu’à travers ses explosions soudaines de violence et de destruction.

Au terme de cinq mois intenses, Torey remporta la bataille et réussit à la faire accepter dans une classe normale.

Torey ne revit pas Sheila avant que celle-ci n’ait 13 ans. A son plus grand étonnement, Sheila n’avait que peu de souvenirs de leurs extraordinaires moments passés ensemble. Tandis que Torey s’efforçait de renouer avec l’adolescente, les souvenirs ont lentement refait surface, amenant avec eux sentiments d’abandon et hostilité.

LA FILLE DU TIGRE peut paraître sombre car la vie de Sheila n’était pas des plus joyeuses. Pourtant, l’histoire de Sheila est particulièrement édifiante, car c’est une histoire de persévérance. A chaque page, le lecteur se demande ce qu’il va se passer ensuite et souhaite que tout s’arrange pour Sheila et Torey.


Mae Woods Bell – Stacey McArthur





L'ENFANT AU CHAT

Le garçon était si pâle que l’on aurait pu penser que c’était un fantôme. Un spectre. Un être sans substance qui disparaîtrait sans laisser de traces.
Ses cheveux étaient de la couleur du clair de lune, très fins et très raides, et sa peau laiteuse était translucide, comme de la cire. Il était si pâle que de loin il paraissait n’avoir ni cil ni sourcil et cette singularité ne faisait que souligner son apparence éphémère.


«- Miaou ?, disait le garçon.
- Bonjour Conor, répondait James, Entre !
- Miaou ? »


Ainsi commence le nouveau roman de Torey Hayden, une histoire fascinante traitant d’interactions familiales, de perturbations émotionnelles et, finalement, de créativité.

Conor, âgé de neuf ans, arrive dans la salle de jeux créatifs du pédopsychiatre James Innes avec le diagnostique d’enfant « autiste ». Sa mère, Laura, un écrivain énigmatique et distant, ne sait que faire de lui. Son père, propriétaire d’un ranch, en cours de divorce avec Laura, ne remarque rien de spécial chez Conor.

Morgana, sa petite sœur âgée de six ans, est convaincue qu’il voit des fantômes.

James, peu à peu convaincu que Conor n’est pas autiste, est plongé dans le monde étrange des « choses que les chats savent » imaginé par Conor, avant que Morgana ne lui raconte les histoires de son ami le « Roi Lion ».

Mais James est plus attiré encore par le monde de Laura, un monde qui est d’abord celui d’une femme seule et plutôt difficile, puis il découvre celui créé par son imagination, un monde monté de toutes pièces mais criant de vérité et peuplé de personnages si banals qu’il est difficile de savoir si ils sont réels ou imaginaires.

C’est un roman à multiples facettes, riche, magnifiquement écrit, un véritable cadeau, spécialement pour ceux qui aiment réfléchir à ce qu’ils ont lu une fois la dernière page tournée.


Carol Thorson

_________________




Citation :
Now, these kids are not destined. In fact, loving each other was a byproduct of their destinies in the sense of their destinies brought them together, but them loving each other actually pushed against their destinies. Their destiny is the mission. Their love distracts from that. The mission wins out. This is their great tragedy. ~ anythingbutgrey, about Cangel

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://world-is-a-fiction.forumactif.org/
a.a.k
Jensen Girl
Jensen Girl


Féminin
Nombre de messages : 31378
Age : 28
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 02/12/2006

MessageSujet: Re: Torey Hayden   Ven 29 Aoû 2008, 01:16



L'ENFANT BLESSEE

L’absence totale de réactivité de Venus Fox, sept ans, était telle que Torey Hayden croyait initialement que la petite fille était sourde.

Venus ne parlait pas, n’écoutait pas, ne faisait jamais le moindre petit signe qui aurait pu faire penser qu’elle était consciente de la présence d’autres êtres humains auprès d’elle. Un « choc » accidentel dans la cour de récréation allait pourtant jouer un rôle de déclencheur et transformer la petite fille en une pile électrique d’une malice incroyable. Parmi les cinq enfants de la classe de Torey en septembre cette année-là, Venus présentait le plus grand défi à relever – bien que les autres enfants aient eu de gros problèmes qu’on ne saurait négliger.

Shane et Jane, des jumelles de six ans, souffraient de Syndrome d’Alcoolisme Foetal (SAF) qui se manifestait par une agitation très forte et une concentration minimum. A neuf ans, Billy, suffisant et agressif, avait déjà été renvoyé de l’école deux fois. Jesse, huit ans, souffrait du syndrome de la Tourette.

Et puis il y avait Venus. Malgré leurs différences en terme de besoins et de problèmes, ils avaient deux choses en commun : une profonde – et parfois violente – animosité les uns envers les autres, et le désir d’être partout ailleurs que dans la classe de Torey.

« Avec compassion et sensibilité, L'Enfant blessée emmène le lecteur dans un monde où patience illimité et détermination sans faille ne se transforment pas forcément en résultats tangibles, mais où les petites victoires durement gagnées peuvent être déterminantes. [Torey] écrit des histoires qui laissent transparaître progrès et espoir. »


Chicago Tribune





THE VERY WORST THING

David vient de nulle part.

Il n’est pas bon à l’école, ni pour parler aux gens, ni pour se faire des amis. Il a vécu dans six foyers différents, et ne se souvient pas vraiment de ses parents. On a l’impression qu’il ne pourra jamais posséder quoi que ce soit.

Un jour, il trouve un œuf de hibou. Avec l’aide de Mab, la « surdouée » maigrichonne de sa classe, il l’appelle le Roi Arthur et entreprend de couver et de garder « son » œuf. Tandis qu’ils attendent l’éclosion du Roi Arthur et qu’ils élèvent le drôle de bébé hibou, Mab et David deviennent amis.

Mais le père de Mab pense qu’ils doivent rendre au Roi Arthur sa liberté. David peut-il abandonner son œuf ? Est-ce même une bonne solution ? Que doit-on craindre si la pire des choses arrive ?




LES ENFANTS DU CREPUSCULE

Lorsque Torey Hayden, l’éducatrice spécialisée, quitta les salles de classe pour travailler dans un pavillon psychiatrique dédié aux enfants, trois nouvelles têtes firent leur apparition dans sa vie. Cassandra, petite fille de neuf ans victime de sévices, frappait quiconque tentait de l’approcher. Drake, quatre ans, refusait de parler à toute personne autre que sa mère, tandis que Gerda, une personne âgée, s’était murée dans une profonde dépression et un silence volontaire suite à une attaque cérébrale.
Revenant sur les moments difficiles passés avec les familles et l’entourage envahissant, expliquant ses efforts pour instaurer un climat de confiance, Torey nous raconte ses expériences, et les petites victoires qui lui redonnèrent espoir. Les Enfants du crépuscule est l’histoire d’une femme déterminée et de trois êtres humains luttant contre leur handicap. Avec compassion, sensibilité et humour, Torey nous livre une réflexion profonde et inoubliable et nous rappelle l’incroyable force et la beauté de l’esprit humain.

_________________




Citation :
Now, these kids are not destined. In fact, loving each other was a byproduct of their destinies in the sense of their destinies brought them together, but them loving each other actually pushed against their destinies. Their destiny is the mission. Their love distracts from that. The mission wins out. This is their great tragedy. ~ anythingbutgrey, about Cangel

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://world-is-a-fiction.forumactif.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Torey Hayden   Aujourd'hui à 02:52

Revenir en haut Aller en bas
 
Torey Hayden
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'ENFANT QUI NE PARLAIT PAS de Torey Hayden
» LES ENFANTS DU CREPUSCULE de Torey Hayden
» LES ENFANTS DES AUTRES de Torey Hayden
» Torey HAYDEN (Etats-Unis)
» Auteur : Torey Hayden

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cangel Best Lovers :: Floodaland :: Tout et n'importe quoi :: Lecture-
Sauter vers: